dimanche 3 février 2008

Emballement thermique

Tout s’accélère, notre société moderne nous offrant tout, n’importe quand, depuis n’importe où. En comblant instantanément nos envies, elle nous fait perdre nos repères, nous contraint à la monotonie et finis par faire des nous des blasés, des désœuvrés. Faudrait une bonne vieille guerre pour remettre les pendules à l’heure et redonner le sens des vraies valeurs à tous ces jeunes qui trainent comme des loques en ville le samedi aprem !
Bref même le temps s’emballe, le rythme annuel des saisons n’étant même plus respecté. De Janvier on se souviendra de Bruno en slip sur la vire et de Sylvain en ensemble coordonné blanc éclatant, soyeux et léger. Pour Février, on aurait pu s’attendre à la canicule…Mais l’histoire commença dès l’aube par un coup de fil, où la voix d’un Chnaps d’outre tombe s’inquiétait :
- Euh, on grimpe toujours ce matin ?
- Ben oui pourquoi ? m’interrogeais-je, toujours surpris par une telle question, si vide de sens
- Ben chez moi, y neige et fait vraiment pas chaud…
- Ah ? Fis-je pour feindre le surpris, avant de continuer avec de classiques bons arguments totalement objectifs et sans mauvaise fois aucune
- Ben, en bas, c’est gris mais le sol n’est pas mouillé et fait déjà plus de 4°. En plus ça se lève et avec le soleil ça va être la fournaise…
- Ah…Bon ok, j’arrive. Grommela Chnaps à moitié convaincu
S’en suivi une remotivation générale des troupes, pour finalement s’entendre dire comme d’habitude ‘Ah ouais, t’avais raison c’est tout sec’ dès les premières falaises en vue. Les conditions demeurèrent étranges, puisque qu’on pourrait les résumer à un cycle alterné de neige, bruinasse, puis soleil, toujours sur un fond d'humidité et de vent du nord un tantinet glacial.
Sylvain, l’homme thermolactyl du jour tourne enfin la page de passé décomposé 7a+, tandis que Bruno est toujours en train de chercher désespéremment comment allumer le chauffage dans cette foutue voie.
Ludo, même regonflé à bloc par son héroïque enchainement de la veille (et en guise de pause déjeuner) de Pacte d’agression 7c (à Espace 2000), se laisse reprendre par son coté chochotte (voir tronche de locaux) en ratant les fourberies de l’escarpin 7b. Il se justifiera on ne peut plus bêtement "j’avais trop froid aux doigts"...Le froid, c’est comme les cotations, ce n’est qu’une histoire de perception !!!!! Ce joli petit mur complexe laissera aussi à Jean-Yves le plaisir de devoir y retourner.

Pendant ce temps, je profitait que Monsieur eb réchauffe encore et toujours mon cœur et mon corps pour refaire un tour (quand on aime, on ne compte pas) dans le chakra des araignées fanatiques 7c (qui fait toujours, malgré le carnage de Jean-Yves) et pas si simple 7b (tout simplement majeur…si, si même si la première fois c’est souvent douleureux, après, on devient accro !!), avant de tester un futur projet bien sympathique, reste maintenant à poser les 3 points qui manquent !

Pour finir en beauté, Chnaps renaquit de ces cendres en repérant les premiers mouvs de big sleep 8a+, avec ce balan de folie…’Ca fait et c’est pas trop dur’ finira-t-il par lâcher.

Mais, à l’instar de temps, du calme, ne nous emballons pas et gardons les pieds sur terre !

3 commentaires:

Ludo a dit…

chochotte non mais !!!!!

Jy a dit…

Ouais, Les fourberies... Il faisait 4°C. A 5/6°C, ça l'faisait tranquille, pas vrai ?
Il faut pas grand chose des fois !

Bruno el sombrero a dit…

Salut les gars, je pense bien à vous avec ma condition d'escargot... Samedi, je suis allé courir 25 minutes,et j'en ai encore des courbatures. C'est pas demain la veille que je vais pouvoir vous poser les paires !! Je constate avec plaisir que le maître et gourou Yush, outre le fait de penser à me mettre l'adresse de votre blog, continue à dispenser la méga motivation...

Bises à tous.

Bruno el sombrero