dimanche 1 juin 2008

Désillusion

Il est des devoirs auxquels le gendre idéal et le père modèle que je suis ne peut se soustraire. Surtout lorsque ceux-ci impliquent mes beaux-parents, les seuls inconscients qui se proposent spontanément, chaque année pendant les vacances, de nous décharger quelques jours de nos 2 petits monstres. Nœud de cravate parfaitement réalisé, chemise impeccablement repassée et me voilà fin prêt pour un samedi en société, qui, quoi qu’on en dise, s’avéra nettement moins pénible que l’après-midi que devait se taper Yves, derrière son petit chariot bien rempli, à courir après Madame dans les rayons bondés de sa grande surface préférée. Les liens sacrés de la famille sont aussi ceux qui nous ramènent sur terre, nous ouvrent les yeux en nous faisant prendre conscience du monde spécieux qui nous entoure. J’allais en faire l’expérience ce jeudi, 30 secondes après avoir envoyé aux membres de lacuvette un mail pour prévenir de mon indisponibilité samedi, au profit d’une courte séance dimanche matin. On m’avait pourtant suffisamment mis en garde… c’est dans l’adversité que se révèlent les vrais amis…j’en tombais de plus haut encore. Alors que je m’attendais à des témoignages de compassion, d’un élan de masse pour que tous décalent leur créneau de grimpe par solidarité, je vis s’échanger des mails pour s’organiser sans moi, tout en se réjouissant de ne pas devoir se lever si tôt et de n’avoir personne pour ravaler discrètement les cordes, couper les rallonges et oublier la perche dans le coffre de la voiture. Le coup de grâce vint en pleine cérémonie religieuse, quand je reçu ce SMS de Ludo, m’informant de sa réussite dans le fameux Gare aux Loup 7a+ à la DJ !!! Mais comme on ne peut jouer impunément avec les justes, ni lui ni Bruno ne réussissaient à trouver les méthodes du long, technique et vraiment redoutable Pont de Londre, le 7b+ du sublime mur gris de l’Ed Wall. L’histoire ne dit pas si Yves a enfin vu la couleur d’un relais à la DJ, mais à en croire le silence qui règne autour de la personne en ce début de semaine, je crains qu’il ne doive encore patienter…
Dans le même temps, Chnaps, à Espace 2000 réalisait l’une des toutes premières répétitions de notre the fly locale : prises inexistantes (faut maintenant en profiter, elles sont généreusement marquées !) et ampleur démesurée pour un 8a de 3m de haut, avec le départ préclippé du 2eme point pour une voie qui n’en compte que 3… L’inévitable mutant de la croute, Quentin Toufic, FA-tait vite fait bien fait le tout dernier (gros) 8a d’Espace Comboire, Nanouchka, dans la belle dalle du secteur extrême gauche. Avis aux curieux…
Finalement, je ne dus mon salut qu’au doigt gonflé de Sylvain et à la panne d’hélicoptère d’Oliv. Au bord de l’arrêt de travail pour s’assurer d’une bonne récupération, Sylvain décidait de s’octroyer un jour de repos supplémentaire et de reprendre tranquillement ce dimanche. Oliv, encore plus optimiste que moi sur notre micro climat attitré, en a eu marre de poireauter pour une hypothétique éclaircie permettant son baptème d’hélico, et s’est finalement résolu à venir grimper.
Bref, ce fut pour nous trois une reprise, aux Saillants du Gua…car je ne compte la séance loose de mardi dernier, lorsque la mousson et les déplacements professionnels nous avaient contraints avec Ludo à nous rabattre sur Jimmy Cliff, sur le coup de 19h pour racler les soit disants 2 voies en 7 du secteur. Une falaise, un équipement, des coups de perfo et surtout des cotations on ne peut plus étranges et surréalistes, pour une falaise qui ne nous reverra surement jamais plus…
La mousson étant toujours de mise, on s’orientait donc pour un bon bourrinage sur prises beurrées, le torse luisant de sueur et la respiration haletante. Oliv renoua avec la grimpe en tête, dans le joli 5+ de Délicate et saine, avec une éthique sans faille (ni perche, ni rallonge, ni préclippage) qu’on aimerait voir plus souvent, avant de serrer les croutes de Nabbucco ancien 6c miraculeusement 7a-isé pour cause de ré-équipement.

Sylvain sua à grosses gouttes dans belles et putes, un nouveau 7a+ doté d’un crux sur prises plus que douteuses, sur un caillou qui ne le méritait sans doute pas

J’y allais aussi de mon graissage de prises dans belles et buts, 7b physique dans le bas et l’utime saillie du gua, 7b+ à peine plus dur, avec 2 pinces rendues difficiles à serrer par la moiteur ambiante. Deux voies pour un thème commun, dur en bas, dur en haut et avec un milieu qui ne sert à rien (repos total)
On retiendra qu’il y en a sur qui l’on peut définitivement compter, comme sur ces membres de l’ECI qui ont agrémenté de nouveautés ce secteur du spot à Rolo (topo dispo sur place), mais aussi et surtout, sur celui qui sent bon le lavandin, qui parle comme une cigale et qui réchauffe nos cœur comme un soleil du sud…notre petit Bruno, exilé pour un temps, qui nous prépare la fiesta de l’année pour son futur mariage…ben là, t’es grillé, faudra tous nous inviter, en commençant par nous payer un coup lors de ton prochain passage en terre lacuvette !!!!!

2 commentaires:

Ludo a dit…

ouais un coup à boire..........
allez yush t'inquiete on va renouer avec les vrais voies de la cuvette ce soir !!!
Ahhhhhhh les vouillants, son côté attractif et son calme environnent que du plaisir !!!!!

Maitre Yush a dit…

Les vouillants, c'est vraiment dément, mais c'est trop mutant !!!!!!
Pour le coup à boire, y'a Yves aussi, dés qu'il touche un relais...