mercredi 17 septembre 2008

La goutte d'eau

Hier, ce fut la goutte d’eau qui allait faire déborder LaCuvette…10000ème visites !!!!!
Comme dans un projet bien calé, lorsqu’on engage le mouvement tant répété mais jamais réussi dans l’enchainement, et que, sans finalement rien sentir, nous voilà déjà sur la prise suivante, dépassant le crux sans s’en apercevoir, tout allant si vite…Nous y voilà donc, une visite en plus, pour un simple chiffre, tout rond, symbolique peut être, encourageant surement…peut-être marque-t-il l’assiduité des fidèles, les errances des curieux, égarés de la toile, le harcèlement psychotique et quotidien de Monsieur eb et du Planete Bloc Master ou, et je l’espère, les clics compulsifs de locaux acharnés. Serait-ce pour continuer à vous abreuver de propos futiles et récurrents, d’allusions lourdes d’une autre époque, de névroses obsessionnelles sans intérêt, d’états d’âmes désuets et puérils, sans oublier les piètres exploits d’un team "qui n’en veut" et dont l’efficacité laisse parfois (souvent ?) à désirer.
Quelques soient nos références, l’origine des grandes civilisations repose souvent sur les épaules de deux êtres d’exception. Que ce soit Adam et Eve, nos ancêtres communs, les tribulations des hautes instances policières avec Starsky et Hutch , Rome, avec Remus et Romulus, la révolution de l’aérobic, avec Véronique et Davina, Castor et Pollux pour les Argonautes, les gardiens du Fort passepartout et passetemps ou encore le mythe de la culture télévisuelle que sont Charly et Lulu. LaCuvette n’échappe pas à la règle avec son couple de géniteurs. Suivant la source, leur rencontre remonterait à des temps immémoriaux, situés entre 1992 et 1993, du temps bénit des BE peu nombreux et tout puissants, dans les Calanques. Lacuvette profite donc de l’évènement pour offrir une tribune libre à ses deux vénérés pères, au travers de deux interview/portraits centrés sur leurs visions de l'équipement, à lire, relire, intégrer, décortiquer, ruminer, digérer et pourquoi pas, méditer.

Honneur à la sagesse du poids des années avec Francois Tournois, celui par qui tout a commencé, celui dont la rencontre a, à jamais, changé nos vies. Le second, c’est un travailleur de l’ombre, celui sans qui nos falaises seraient pauvres, tristes et sans saveur, celui qui rend possible tous les récits de LaCuvette par sa boulimie d’équipement de nouvelles voies, celles qui occupent et occuperont encore longtemps nos séances : Ludo Pin...celui sans qui la DJ Face par exemple, repère incontournable des affamées masochistes locaux, ne serait pas…


Premier acte aujourd’hui avec François, suivi très prochainement par Ludo……

Pourquoi équipes-tu ?
J'éprouve autant de plaisir à grimper qu’à équiper, et puis je n'ai pas le choix ! (ndlr : c’est le triste apanage de ceux qui ont déjà tout fait…). J’aime dénicher des lignes tordues qui restent à ouvrir, dans des falaises où les lignes évidentes ont déjà équipées. Ca m'a obligé à affiner mon regard et ca m'a fait énormément progresser en technique et en recherche de mouvements complexes, voir retords. C’est ce que j’apprécie le plus dans le ‘’après travail’’, par rapport au ‘’à vue’’ : il n'y a pas grand chose de plus jouissif que de réussir à sortir des mouvements improbables, au prix de longues heures de recherche et de patience !!

Britney Spears dessus, 8a+, Autoire

Pour qui équipes-tu ?
En premier lieu pour moi ! Mais aussi pour les autres, c’est pour cela que j’indique la cotation au pied de la voie, dès quelle est réalisée, en attendant la sortie d'un prochain topo. Pour les autres d’ailleurs, il m’est arrivé de modifier une voie après l’avoir enchainée, simplement pour qu’un pote puisse la faire et rentrer ses gros doigts dans une prise taillée… depuis, il a arrêté, mais j’espère que ce n’est pas pour ça !!!
J’essaie de coter honnêtement, par rapport à mon expérience, même si tout ça est aléatoire, ce n’est qu’une indication.. Mais heureusement, de temps à autres, je vais jeter un œil ailleurs, pour comparer !
Qu’est ce que tu équipes ?
J'équipe plutôt du dur (ndlr : voir très dur !) et du moyen, car je sais que Patrick et Sosso s'occuperont du reste ! J’équipe de préférence des voies courtes, en gros dévers, techniques voir vicieuses dans le sens où j’adore que les méthodes soient quasiment impossibles à vue. J’aime aussi un crux en bas, de la rési ensuite, sans oublier la dose d’engagement qui va bien.
Je fais aussi attention à la beauté de la ligne, une ligne évidente avec de belles couleurs et un beau profil…mais tant pis si elle n’est pas aussi belle à grimper ! Ce qui est primordial pour moi, c’est qu’une voie apporte quelque chose de nouveau!
Il y a des falaises idéales comme Russan, Autoire, Rouquette, Espace Comboire (ndlr : fallait bien caresser Lacuvette dans le sens du poil…), Couyrac, mais elles n'ont jamais assez de potentiel…
Qu’est ce que tu n’équipes pas ?
Des grandes voies interminables…à la Ludo quoi !! Et plus généralement des lignes forcées par l'emplacement des points, des lignes dangereuses ou des voies qui peuvent se faire avec des coinceurs.
J’arrêterai peut-être d’équiper le jour où l’on me payera pour ça ou alors le jour où il y aura trop de règles à respecter. Elles réduiront la différence, celle qui crée la richesse, cette richesse qui est source d'inspiration !
Dans le Jaja de la lune 7c+, Autoire

Es-tu fier de tes voies ?
Je suis surtout fier du nom que je leur donne ! Je ne suis pas un "artiste" de l'équipement, il y a souvent dans mes voies un truc qui ne va pas: point trop bas, trop haut… mais tout le monde s'adapte... Ce doit être pour cela que j'accepte aussi facilement les erreurs d'équipement chez les autres!
Par flemme, je ne nettoie pas tellement mes voies. Et c’est cette même flemme qui m’a couté plusieurs fois de me faire doubler et de rater l’équipement de voies majeures !
Finalement, j'aime quand une voie n'est pas ultra bien équipée. Il faut s'adapter, trouver des bidouilles… c'est pour ça que je reviens rarement sur mes équipements ou ceux des autres, même si j'ai déjà dit oui à des retouches faites par des potes.
J’aurais vraiment été fier si j’avais pu équiper par exemple Endymion à Russan, pour la ligne, Farci par là dans le Verdon pour les mouvements, ou La dérive des incontinents à Buoux, pour le nom !
C’est si important le nom de tes voies ?
J'ai un cahier avec plusieurs centaines de noms. Mais c'est l’état d'esprit du moment qui décide du nom que je vais donner à une voie.
En exclusivité, et puisque tu insistes, je te livre quelques uns de mes noms préférés : heurts de pointes, full compact, scènes de méninges, commedia del arquée, la machine à plastiquer les rêves, bêtas bloquants, pack de crocs, jeanne d'arc, femme au foyer, où ça m'amène l'Eden?, le string minimum, la confrérie du souffle, le général tampon a essuyé de lourdes pertes, les dix courent sur la méthode, le râle après les cris, et surtout la cuvette n'en fécale sa tête!!
Et la cotation, c’est important ?
Bien sûr ! Mais heureusement, elle fait partie d'un tout. Ce qui compte le plus pour moi c’est l’intensité que requiert une voie, les relations humaines au pied d’une falaise, la beauté du paysage, et surtout le fait que l'enfant qui est en moi puisse vraiment s’éclater en grimpant. Et puis je suis dans ma 46eme année, je ne suis pas sur de tenir les prises comme 10 ans en arrière. Comme je sais que je vais régresser, je me suis fait une raison, je ne mise pas tout sur la cotation !



Frater dolorosus 8b+, Autoire

Que ressens tu en grimpant dans tes voies ?
J'ai une "énorme" détermination quand je les travaille, et comme tout le monde peut y aller, ça me booste pour les FA-ter. Je parle alors de grand schelem et de petit schelem ce n’est pas le cas. C’est important la FA, mais si un bon pote l'enchaine avant, je suis comblé.
Je n’ai malheureusement pas pu enchainé toutes mes voies, à cause de certains déménagements, et de la fatigue psychique liée à l'investissement total exigé par certaines, enfin, pour moi !
Ca compte l’avis des autres ?
Oui mais aujourd’hui, je suis dans un endroit où presque personne ne va dans mes voies!
Mais ça m'est déjà arrivé, il y a longtemps. Et à cette époque, c'était plus qu’important, mes voies étaient un sorte de prolongation de ma personne… depuis j'ai trouvé des choses encore bien plus importantes, je relativise plus!
Une voie appartient-elle à son équipeur ?
Non, et à personne en particulier mais plutôt à la communauté. Mais les équipeurs sont tous un peu mégalos. On aspire tous à un peu de reconnaissance…ça commence par trouver son nom dans les topos. Et puis comme ça, on peut aussi savoir sur quoi on va tomber ! Perso, je regarde toujours. Une voie équipée par le blond, JB ou Raboutou, ça le fait ! (ndlr : c'est là qu'on voit qu'on est pas de la même génération !)
Equiper, c’est un acte de grimpeur responsable ?
Oui, mais il n’y a pas de ‘’normalité’’, ni d’obligation. Ni non plus de pensée ou d’éthique unique. La personnalité des uns et des autres ressort au travers de sa propre définition de l'éthique, mais aussi de ses nevroses: il y a ceux qui sont pour ou contre la canne, les traits, les prises taillées, les genouillères, les biscuits, le pré-mousquetonnage, les rallonges etc..
Que penses-tu de ces pratiques ?
Rien à battre…En plus de vingt ans de grimpe, je suis plus gêné par ceux qui les interdisent ou qui les jugent !
Concernant par exemple les voies taillées, elles ont autant de succès que les autres. Le seul acte philosophique que peut se payer le grimpeur, c'est de boycotter les voies avec des prises taillées…mais combien le font réellement ? Les grimpeurs aiment avant tout grimper, tout simplement, alors la taille, c’est un mal pour un bien !
Un autre sujet à la mode, ce sont les connexions et autres variantes... Mais là j’hésite, ça dépend des cas. Pour moi, les connexions doivent se faire sans rajouter de points, pour laisser le plus possible les falaises avec les logiques d'ouverture… pas toujours pas si logique que ça d'ailleurs, mais ce sont les premières.


Frater Dolorosus 8b+, Autoire

Justement, a-t-on un devoir de mémoire ?
Un rééquipement devrait respecter l'ouvreur, mais il peut y avoir des exceptions, en particulier quand on a affaire à des voies faciles, dans une falaise école, là faut pas faire le con! Le Ceou par exemple a plusieurs voies en 5 très mal équipées, je trouve dommage que des débutants ne puissent finalement pas y accéder.
La seule vraie règle en équipement comme en grimpe serait de respecter l'autre, cela va sans dire, mais ça va mieux en le disant.
Et c’est quoi au juste ce respect ?
Je me suis engueulé une seule fois avec un mec qui était d'une arrogance sans nom. Pas de soucis d'éthique, juste un gars avec un ego énorme. A Autoire, il y a un an, un gars a voulu donner une leçon d'éthique à soso qui se servait d'un caillou pour faire le premier pas, on s'est bien marré.
Respecter un équipeur ce serait de ne pas toucher à ses voies sans concertation, ne pas utiliser de rallonge, ce qui équivaut à modifier l’équipement…A la limite utiliser un chasse mais surtout l’enlever ensuite ! Et puis c’est moche une rallonge au niveau de l’esthétique !
Respecter les grimpeurs serait de les laisser libres, de ne pas les contraindre avec un équipement peu judicieux ou mal adapté…
Sans oublier, que la grimpe ce n’est pas tout dans la vie, il y a tellement plus important !

Les maniaques de la baston 8b, Céou

Pour finir que souhaites tu à Lacuvette ?
Je souhaite que le blog de LaCuvette devienne le site de référence des grenoblois, et que la 20 000eme arrive plus vite que la 10 000eme ! Et surtout qu’elle garde son inspiration, que les mots s'entrechoquent avec toujours autant de grâce et subtilité. N'oublions pas que cette passion qui nous anime aussi folle soit elle, n'est qu'un jeu, et c'est aussi ce que je ressens quand je lis LaCuvette...là aussi on sent une âme d’enfant bien présente !!
Je te laisse maintenant introduire Ludo…
Ludo, j'ai fait sa connaissance en 1992, à l'UCPA dans les calanques, tous les deux BE.
Il pleurait sa bien-aimée qui venait de se barrer, il en parlait tous les jours de cette épreuve… ça m’a ému et je l’ai pris sous mon aile…non je déconne…mais ça a mis en valeur sa formidable capacité a transformer en positif tout ce qui au premier abord amène le contraire !
Sinon, y’a aussi ses pétages de plomb légendaires, après ses régimes sévères, interminables, quand il se met péter un câble et à bouffer tout ce qui traine sur la table, puis sous la table, puis dans le frigo puis... Et puis les discussions interminables pour se mettre d'accord sur le lieu de grimpe du lendemain...ça pouvait durer très longtemps... j'avais souvent le dernier mot, et à force de trainer Ludo dans des voies courtes, il s'est mis à les aimer aussi et à devenir plus que performant! Comme quoi, toujours cette faculté à trouver du bon là où a priori il n’en voyait pas !

Bellevux 8a+, Autoire

Merci Francois pour ses quelques mots...ainsi que pour tout le reste...

8 commentaires:

Anonyme a dit…

pffffffff la classe..........hihi françois

Maitre Yush a dit…

mais nous ne t'arrivons qu'à la chevielle...

Ludo a dit…

hmm vivement qu'on grimpe ensemble....

sunny8a a dit…

mythique !! un veritable reporter
qui nous casse pas les co...es avec l'étique, super c'est enorme
c'est quand que tu ecris les
"bruits de cuvette" de "grimper"
franchement bravo c'est dément

Maitre Yush a dit…

Merci, je vous l'avais dit, il est mythique Francois !!!! et le Ludo vous verrez, il envoit du gros aussi !!
On les a pas choisi au hasard nos mascottes...

Anonyme a dit…

pfffffffff j'ai la larme a l'oeil, y est bo et bon notre FT. C'est un vrai mec bien, qui a de vrais valeurs de la vie et des relations humaines. Merci pour ce reportage qui montre a tout le monde qu'on est pas obligé d'être con quand on est fort. Merci Yush et Merci Francois
iaki

Anonyme a dit…

Bravo pour l'interview.Très bien ficelés.Et francois,un grand gars qui nous apporte beaucoup a tous...A mardi francois,autoire,la vire...

Maitre Yush a dit…

Merci...et fFrancois est sous les feu de la rampe en ce moment puisqu'il est à la une de grimper et il se prépare à donner un leçon de chose à un certain Alex C.