lundi 12 juillet 2010

Sea, sex and sun

Il est de vieux adages auxquels on ne déroge jamais…notamment celui de toujours garder une place dans un coin de ses valises, pour un baudard et une paire de chaussons. Nous nous sommes exécutés, Oliv et moi, aves la plus grande des disciplines, même si leur présence, entre maillots de bains et serviettes de plage, pouvait paraitre bien surprenante. Au pays du sable, entre vents et marées, mise à part cette odeur familière nous rappelant les séances de grimpe, à quoi pourraient-ils bien nous servir ?Une chose était sure, c’est qu’Oliv avait besoin de son baudard pour son régime spécifique 100% pur fonte. Même en vacances, pas de repos pour les braves.
Et puis, en consultant divers oracles, nous repérâmes rapidement une proche falaise, à quelques encablures de notre villégiature estivale, au nom chargé d’histoire : les Eaux-Claires.
Falaise de quelques uns des premiers 8a de France avec Crépinette ou la Brioche (on sent bien que le sud ouest est aussi le pays de la gastronomie), et surtout des premiers 9a, souvent décriés, nés d’un grimpeur suscitant autant d’admiration que de polémique…l’occasion était trop belle et pour rien au monde nous ne pouvions la rater. Récit d’une découverte d’un autre genre….
L’accès urbain à la falaise, par la rocade d’Angoulême et à quelques pas seulement des zones commerciales rappelle le charme de notre cher Espace Comboire. Puis, à peine 500m plus loin et nous voilà plonger en pleine campagne, dans la champêtre petite vallée des Eaux-Claires. Tout juste garés, et nous voilà devant la falaise principale.
Soit environ 15s de marche d’approche si on compte le temps de descendre de la voiture. Praticable en tongs, l’esprit vacances demeurait intact, à tel point qu’entre 2 voies Oliv se laissa aller à des lectures plus de circonstance que celle du topo des 350 voies du site.
Imaginez une grosse éponge de mer A l’échelle 100, voilà à quoi toutes ces petites falaises m’ont immédiatement fait penser. Une énorme éponge dont on aurait changé la couleur pour un gris teinté d’un peu de blanc. Une infinité de petits trous, parfois quelques uns complètement surnaturels, mais comme en général c’est bien fait, ils se fondent dans la masse. Tous plus mauvais les uns que les autres. Quelques bi mais surtout des monos…presque un arrière goût buouxiens, sauf qu’ici il n’y a jamais de bac et que les chaussons ne rentrent jamais dans les trous, sauf à avoir une pointure de playmobil. La prise clé ici, c’est le mono. Mais pas le mono bac, non, le mono une phalange à prendre souvent en tendu…sauf que pour un cuvettard aux doigts finement boudinés, il faut parfois trouver quelques arrangements. Les Eaux-Claires, c’est une trentaine de secteurs, autant de grosses éponges posées dans la vallée avec des voies de tout niveau et sur certains secteurs, une concentration de voies dans le 8eme degré impressionnantes… entre 10 et 20m de haut, dans un style explosif, très à doigt…sans ‘’s’’ car c’est tout le temps le majeur, et toujours, les pieds à plat…la base en somme. Ici encore plus qu’ailleurs, point de salut dans la conti mais uniquement dans la force, rien que la force !! A ce petit jeu, les a vue sont redoutable, à moins de repérer les bons trous du bas. Le coup d’œil sur la falaise de la Bitte, avec son célèbre Lagra 8c laisse songeur sur les capacités humaines de résistance à la douleur : 12 m de haut, avec comme d’hab que du mono microscopique, pas de pieds, et un bombé sacrément marqué !!
Merci au site web local dont les infos précieuses nous ont assuré de bien beaux combats, en vrac dans les 7a de l’Olivette, Samba rimba, la peur au doigt, la bardet, la voici, le 7a+ de La voilà, le 7b de Fil de fer et les 7b+ de Marchand de planète, Fantasmes à gogo, la Gousseault et Tonight. Mais qui va aux Eaux-Claires, se doit de passer au pied du secteur mythique des toits. En face nord, à 10m de la route…ça devrait être partout comme ça….qu’est ce qu’on se fait encore chier à vouloir monter grimper à la DJ ou a St Pan !!….Deux 9a, à à peine 10m d’écart. Changement de style, adieu les éponges et bonjour les bombés blancs et salpetreux. Des profils impressionnants qui nous ouvert les yeux sur le précipice qu’il peut exister entre les varapeurs du week-end que nous sommes et ceux qui pratiquent l’escalade au sens noble du terme. Hugh d’abord, rien que le nom déjà, écrit en lettres énormes. Enorme, comme la taille du bombé de départ, qu’Oliv est allé tâter de près. Encore quelques siècles à soulever de la fonte et il sera paré pour les mouv du départ, dont l’énorme gainage no foot du 5eme mouv pour aller croiser dans la fente verticale. Quant à la ‘’lissitude’’ de la suite et le bombé sommital…plus aucun doute sur la cotation annoncée.En tournant la tête, déjà au bord du torticolis après avoir observer Hugh, on est absorbé par l’immensité de l’avancée du toit de l’autre coté du ciel. J’ai même du faire un montage panoramique pour arriver à en faire une photo !!! Une espèce de curiosité naturelle, un immense escalier renversé complètement lisse…là encore, un autre monde, de l’autre coté du ciel en somme, inaccessible pour le commun des mortels. En résumé, une pure école de force et de doigts qu’on aimerait tous avoir près de chez soit…une agréable surprise comme l’on aime en avoir pendant les vacances…
Vivement les prochaines alors !!!!

6 commentaires:

JMC a dit…

En voilà un pèlerinage comme je les aime. Et ce spot, il faudra bien un jour que je le visite aussi... C'est tellement ressemblant au style du Saussois que ça ne peut que nous plaire !

MaitreYush a dit…

Ca fait toujours un bien fou de se prendre une bonne vieille claque dans un vrai site old school !!!!
En tout respect pour les octogradistes locaux...c'est des mutants !!!!

Anonyme a dit…

mais non, t'inquiete yush, crepinette le _a dont tu parles, a été retaillée apres enchainement, un peu, beaucoup même comme les voies du Gard! Bref, il y a des soldes à faire!! françois le Lotois

Sylvain a dit…

pour vos prochaines vacances, on aimerait bien vous voir surfer un peu de si belles vagues....

MaitreYush a dit…

oliv, en surf avec 35kg de fonte au c**...trop classe...je lui soumets l'idée !!!

Anonyme a dit…

Par la Sainte capote de la Papamobile,oliv' est un grimpeur motivé de fonte en comble!!!!!
Quand au site,c'est vrai qu'il sent bon le mite,cette bebete qui a du creuser tout ce gruyere,mais meme en cette période de solde je crains d'en sortir plus qu'à poil!
Michel